Internet au service de la mobilité

Synthèse du projet de veille technologique: Internet au service de la mobilité


Lors de notre veille technologique, nous avons étudié les différents enjeux et problèmes liés à l'internet mobile. Nous allons dans cet article dresser un bilan de notre travail.

Une première analyse du marché nous a permis de constater que le nombre d'acteurs en place est très important. Bien que Apple avec son iPhone et Google avec Android semblent être les principaux leaders, nous pouvons également citer RIM avec son blackberry bien connu du monde de l'entreprise, Nokia, Windows Phone ou encore Palm pionnier pendant un temps mais désormais en perte de vitesse. A cette diversité s'ajoute la multitude des portables et des smartphones aux performances et caractéristiques toutes différentes, ainsi que leurs différents OS comportant souvent plusieurs versions parfois même incompatibles.

Cette diversité globale engendre pour les entreprises qui désirent s'installer sur le marché de l'internet mobile des choix à opérer et des difficultés en termes de coût et d'objectifs. Voici quelques questions qu'elle aura à se poser avant de commencer à développer son application mobile. Quelle est la cible visée, professionnels ou particuliers ? En effet, dans le cas d'une application professionnelle, Blackberry, fort de son expérience, sera peut être plus adapté. Sur quels OS développer l'application ? Ceci induit une autre question, de quelles capacités l'application a-t-elle besoin ? Dans le cas où elle doit être développée sur plusieurs plateformes, comment gérer ce développement afin de réduire au mieux les coûts ?

Une question importante concerne également l'éventuelle interaction de l'application avec le système d'information de l'entreprise. En effet nous avons vu que des problèmes existent en terme de sécurité, notamment lorsque les employés utilisent leur smartphone personnel pour accéder, via des applications, à des données personnelles ou confidentielles stockées sur les serveurs de l'entreprise. Quelles solutions faut-il donc mettre en place pour palier aux éventuelles failles de sécurité?

On constate que l'un des principaux enjeux de l'internet mobile concerne l'interopérabilité des plateformes. Quelques outils permettent d'ores et déjà de développer conjointement sur plusieurs plateformes à partir d'un code unique. On peut citer par exemple Titanium ou PhoneGap qui se basent sur le langage HTML et javascript et qui permettent d'obtenir après compilation une application native.

Il est vrai qu’aujourd’hui il y a une nette prépondérance des applications natives pour la présentation de contenu web par rapport au seul navigateur. En effet, elles offrent un affichage optimisé pour un écran de mobile et une utilisation beaucoup plus ergonomique. De plus, le navigateur ne prend pas en compte les fonctionnalités du téléphone sur lequel il est installé alors qu’une application native bien conçue peut utiliser les fonctionnalités offertes par le smartphone (accéléromètre, glisser-déposé, géolocalisation, reconnaissance vocale…) pour offrir à l’utilisateur une efficacité accrue. C’est pourquoi de nombreuses applications sont créées seulement pour afficher du contenu web (LeMonde, Facebook…).

Mais cette multiplication pose de nombreux problèmes, d’une part pour l’utilisateur qui est obligé de se limiter dans le nombre de ses applications au risque de ne plus s’y retrouver et pour la sécurité de son smartphone, et d’autre part pour les acteurs économiques qui doivent faire face à un coût exorbitant pour être visible sur toutes les plateformes.

Ainsi, de plus en plus de regard se tournent vers le développement actuel d’HTML 5 qui permettrait de revenir vers le navigateur. En effet, HTML 5 offre au navigateur la possibilité d’élargir son champ d’action. Cela permettra au navigateur d’utiliser les caractéristiques du smartphone en terme d'interactivité avec l'utilisateur (glisser-déposer, stockage de données...). Il permettra également de faciliter sensiblement l'accessibilité au contenu et l'interopérabilité étant donné que les formats propriétaires tels que Flash ou SilverLight pourraient être concurrencés par des éléments tels que <audio> ou <video>.

Néanmoins HTML 5 n’est pas encore prévu pour tout de suite et les applications elles sont déjà là et bien implantés dans les usages des internautes mobiles. De plus, même avec les possibilités élargies qu'apporte HTML 5, le navigateur ne peut faire face à des applications natives conçues spécifiquement pour un type d'appareil.

Ce ne sera donc pas la fin des applications mais on peut raisonnablement parier sur un rééquilibrage applications natives / applications web après l'entrée des standards HTML 5 dans nos navigateurs.


Plan pour le rapport final :


1. Analyse du marché de l'internet mobile
2. Les différents enjeux
  • l'interopérabilité
  • les coûts de développement et l'implantation sur le marché
  • la sécurité
3. Une solution d'avenir : HTML5
4. Autres solutions pour développer des applications natives

Comments